Dans la célèbre émission de TF1, 4 mariages pour 1 lune de miel, l’un des couples a de gros problèmes avec la justice. Les jeunes mariés ont visiblement quelques difficultés avec leur comptabilité. Ils seraient redevables d’énormes dettes qu’ils sont dans l’incapacité de rembourser. Des plaintes avaient été déposées par les créanciers. Le tribunal a livré son jugement en 2020. Malgré ces difficultés, le jeune couple avait pourtant décidé de réaliser un mariage somptueux. Mais aujourd’hui, ils sont rattrapés par leur passé. Et vont devoir faire face à la réalité.

En juin 2014, Steve et Aurélie participaient à la célèbre émission de téléréalité de TF1. Leur mariage avait donc été suivi de très nombreux téléspectateurs. En compétition avec trois autres couples, ils n’avaient pas regardé à la dépense. Le thème de leur mariage était basé sur ” le chic et le strass “. Ils avaient d’ailleurs pour l’occasion, loué le domaine de Bellevue à Lyon pour un montant près de 3 500 euros. Cette Bâtisse, construite au XVIIe siècle, se situe au cœur d’un immense domaine viticole. C’était donc un écrin de rêve pour un jour très spécial. Un mariage est souvent un événement engendrant des coûts très élevés. En plus de la location de la salle, il existe une longue liste d’autres dépenses. Robe, traiteur, coiffeur, fleurs, cartons d’invitation… Mais pour le voyage de noces, le couple comptait bien remporter la victoire dans le jeu de TF1.

L’année de leur mariage, Steve et Aurélie étaient au chômage. Et ils avaient déjà des dettes s’élevant à plus de 40 000 euros, selon les informations révélées par le journal “ Le capital, il y a quelques jours.

Selon l’enquête réalisée par le journaliste, à l’époque de leur union Aurélie et Steve avaient déjà des arriérés de loyer de près de 12 000 euros. La justice s’était déjà saisie du dossier et les avait condamné à payer cette somme en décembre 2013. Toujours durant la même période, l’esthéticienne avait rencontré d’autres difficultés. Elle souhaitait vendre son salon de beauté situé à Villeurbanne. Les affaires ne tournaient pas très bien et elle avait donc décidé de céder son fond de commerce. Elle avait acquis cette petite entreprise en 2008 pour un montant de 22 000 euros. La jeune femme avait réussi à monter cette opération en effectuant un prêt de 36 000 euros qui lui avait été accordé. Mais la société avait été mise en faillite en 2010. Aurélie et son associé étaient donc de redevables de 23 000 euros à la banque. La jeune femme avait essayé de se séparer de son salon. Et une acheteuse s’était montrée d’ailleurs très intéressée.

Les négociations avaient finalement abouti. Une jeune femme prénommée Déborah avait accepté de débourser 24 000 euros pour acquérir l’institut de beauté. Malheureusement les événements avaient mal tourné. La future acheteuse affirme effectivement qu’Aurélie opérait une manœuvre dans son dos. Car lorsque vous achetez un fonds de commerce, vous achetez du matériel, mais également une clientèle. Or, la candidate de 4 Mariages pour 1 lune de miel, aurait détourné les clientes en leur proposant des prestations à domicile. Ce qui a d’ailleurs été jugé comme frauduleux par le tribunal en septembre 2011. La vente a donc été annulée. Et l’ex-candidate condamnée à verser 5 000 euros pour ” détournement de clientèle “. Dans une situation financière catastrophique Aurélie et Steeve ont demandé l’aide de la commission de surendettement. Un délai de 2 ans leur avait même été accordé. Une fois cette période passée, ils avaient émis une requête pour que leur dette soit complètement effacée. Selon eux, jamais ils ne seraient en mesure de rembourser ce qu’ils devaient. Leur cas a donc été étudié par la commission.

4 mariages pour 1 lune de miel

C’est à la même époque, qu’Aurélie et Steve apparaissent et à la télévision. Les téléspectateurs de TF1 pouvaient les découvrir sur le point de célébrer leur union. Mais un gros problème allait apparaître. En effet, les créanciers ont été étonnés par ce mariage. Pour tenter de se défendre, Aurélie et Steve affirmaient qu’un membre de la famille les avait aidés. Ce serait donc le père de la mariée qui aurait financé ce mariage. Mais une fois de plus, la situation n’était pas tout à fait clair. Car le chèque destiné à la location de la salle avait été refusé par la banque. Les propriétaires du domaine de Bellevue n’auraient jamais été payés. Il s’agissait donc d’une nouvelle dette contractée par le couple. Mais visiblement, les deux jeunes gens savaient quoi en faire. Puisqu’ils ont inclus cette dette dans leur procédure de surendettement. Cette malversation a immédiatement été repérée par les juges. Et ils ont constaté qu’il s’agissait bien d’une fraude.

Si le tribunal s’était montré dans un premier temps assez clément, la sanction risquait désormais d’être salée. Car durant la période moratoire (laps de temps accordé pour payer les anciennes dettes) leur train de vie n’avait librement pas été non plus revu à la baisse. Leur dette a même augmenté pour atteindre la somme de 47 668 euros. ” Cette majoration substantielle montre que le couple a aggravé son passif en méconnaissant manifestement les intérêts de ses créanciers ” est-il précisé dans le jugement. Malgré que Steve et Aurélie étaient tous deux au chômage, ils avaient donc de nouveaux créanciers. Ils auraient refusé de nombreuses offres d’emploi afin de continuer à percevoir leurs allocations. Le tribunal d’instance leur a d’ailleurs reproché de ne pas tout faire pour essayer de payer leurs dettes. Et après en avoir délibéré, les juges ont décidé que leur mauvaise foi ne permettait pas l’effacement de leurs dettes. Cette décision a d’ailleurs été confirmé en appel au début de l’année 2020. À l’origine de cette enquête, le magazine Capital avait tenté de joindre l’avocat de Steve et Aurélie. Mais celui-ci n’a pas souhaité répondre aux questions des journalistes.

Les deux tourtereaux se retrouvent donc dans une situation particulièrement catastrophique. Ils devront rembourser ce qui est dû. Qu’il s’agisse de négligence ou d’une véritable manière d’échapper à leurs responsabilités, Steve et Aurélie n’auront peut-être pas pris conscience de la gravité de la situation dans laquelle ils se trouvaient. C’est malheureusement un cas de surendettement très fréquent dans notre société aujourd’hui. Les tribunaux sont véritablement engorgés par ce genre de dossiers.