Dans un portrait qui lui était dédié, Christine Kelly a révélé au Journal du Dimanche, le calvaire qu’elle avait subi pendant deux années à l’époque où elle officiait encore au CSA.

Elle déclare avoir été victime d’humiliation quotidienne, mais son ex-patron donne une autre version des faits.

Christine Kelly a un grand talent pour les émissions télé. Elle a fait ses apparitions sur les petits écrans en 1992 et on peut bien dire qu’elle a connu une belle carrière jusque-là. C’est un visage très familier aux Français surtout lorsqu’elle a rejoint le talk-show Touche pas à mon poste en 2018. Elle avait fait sensation dans l’émission en compagnie de Cyril Hanouna et de plusieurs autres chroniqueurs. Cependant, avant de faire partie de l’équipe de Cyril, la journaliste âgée de 51 ans avait officié au sein du CSA. Si elle dit avoir le plus grand respect pour cette institution, elle n’en garde pas d’agréables souvenirs. En effet, Christine Kelly affirme qu’elle avait été victime d’humiliations quasi quotidienne de la part de ses anciens collègues alors qu’elle y travaillait…

Les déclarations choquantes de Christine Kelly !

On voit régulièrement Christine Kelly sur CNews, mais aussi dans Face à l’info où elle bat régulièrement les records d’audience. Tous les soirs, la cinquantenaire débat avec le polémiste Eric Zemmour. Si les choses semblent bien aller pour la journaliste, personne ne s’attendait à ce qu’elle fasse des déclarations aussi choquantes sur certains aspects de sa vie professionnelle.

En effet, la femme de 51 ans avait déjà révélé avoir été menacée de mort (sur LCI en 2000). Cependant, c’est l’une de ses toutes dernières déclarations qui crée polémique. Christine Kelly affirme que ses anciens collègues du CSA l’humiliaient presque tous les jours au point où la situation était devenue quasi insupportable.

D’après ses propos, l’accueil qui lui a été réservé à son arrivée était loin d’être chaleureux. La liste des atrocités que ses anciens collègues auraient commises envers elle est bien longue : moqueries, railleries, sourires tendus et il arrivait même qu’elle découvre sa voiture rayée dans le parking…

Tout le monde fut choqué quand la journaliste a affirmé qu’elle a déjà vu son bureau et son canapé souillés, couverts de boue. Il y a de quoi faire craquer une personne lorsqu’elle est constamment soumise à de tels sévices.

Son ex-patron affirme le contraire

Christine Kelly est restée au CSA jusqu’en 2015. Si elle avait révélé toutes ces choses affreuses sur le temps qu’elle y a passé, elle avait également montré à quel point cela l’affectait. « Quand je rentrais chez moi, j’explosais en sanglots, mais je n’ai jamais rien montré. À la longue, ils se sont épuisés ». Toutefois, les déclarations de la journaliste n’ont pas été corroborées par Michel Boyon, celui qui était le président de l’instance à l’époque.

Ce dernier se montre sceptique face aux accusations portées par Christine Kelly. « Franchement, elle m’en aurait parlé, vous ne croyez pas ? Ce ne sont pas les habitudes de la maison. Je pense que Christine Kelly a par moments une petite tendance à exagérer les choses » avait-il indiqué au Journal du dimanche.

S’il n’est pas vraiment convaincu par les faits que dénonce la journaliste, il n’a en revanche eu aucun mal à lui faire des éloges sur le travail qu’elle réalise. Pour Michel Boyon, Christine Kelly est une véritable battante et sa nomination au CSA n’est pas le fait du hasard. Elle avait pleinement mérité ce poste selon les propos du président de l’instance en cette période.