Il n’est pas rare que les célébrités soient confrontées à quelques démêlés avec la justice. Jane Fonda est très connue pour son activisme pour lutter contre le changement climatique.

Ses nombreuses manifestations lui ont déjà valu quelques arrestations.

Tout le monde sait que Jane Fonda ne recule devant rien pour mener à bien les causes qui lui tiennent à cœur. Ça fait de nombreuses années qu’elle milite pour la protection de l’environnement. Cet activisme exige parfois des manifestations nécessitant l’intervention des forces de l’ordre. Vers fin 2019, elle a été arrêtée à 5 reprises. C’est pour parler du combat qu’elle mène qu’elle a sorti son livre intitulé What Can I Do : My path from Climate Despair to Action. Elle y a relaté certains épisodes poignants de sa vie, notamment la nuit qu’elle a passée en détention. Il faut dire que cet épisode l’a vraiment marqué. Lisez la suite de cet article pour en savoir plus.

Un épisode qu’elle n’est pas prête d’oublier…

Passer une nuit en prison a certainement été une expérience troublante pour la militante. Cependant, il y a un détail qui a sidéré l’octogénaire. Ce fut la manière dont elle a été traitée. Comme quoi, être blanche et célèbre confère des avantages, même en prison. La vieille femme a été mieux traitée, comparée aux autres détenus.

Tout d’abord, elle avait été envoyée dans un bloc cellulaire. Jane Fonda fut très troublée qu’on lui ait demandé si elle avait déjà été victime d’abus sexuel pendant son incarcération. Même interloquée par cette demande insolite, elle a répondu par la négation. L’enceinte était remplie de plusieurs affiches demandant si une personne avait déjà été victime d’un tel méfait et d’appeler le service d’assistance le cas échéant. Elle en a été effrayée.

La femme de 82 ans se souvient qu’il n’y avait pas autant d’affiches la dernière fois qu’elle avait été incarcérée. C’était dans les années 1970. On voit bien que ce n’est pas la première fois qu’elle se retrouve dans ce genre de situation.

Un traitement de faveur pour Jane Fonda

Si la perspective de se retrouver enfermée dans une cellule était difficile à accepter pour Jane Fonda, le fait d’avoir une gardienne postée devant sa cellule était assez inquiétant. La gardienne était là pour assurer sa sécurité. Toutefois, l’activiste se demandait les raisons qui pourraient pousser à prendre de telles précautions.

Durant la nuit de son incarcération, elle a entendu des gémissements non loin de sa cellule. Son inquiétude fut plus grande quand les gardes se sont mis à marcher dans les allées juste après. Vu qu’il y avait trop de remue-ménage, Jane Fonda a songé à demander à tout le monde de se taire. Cependant, elle a pris conscience qu’elle avait eu un traitement privilégié parce qu’elle était blanche et célèbre. On lui apportait du jus quand elle le désirait et avait une cellule entière pour elle seule.

La militante dénonce le racisme

Jane Fonda est allée plus loin dans ses propos en révélant une information qui avait été portée à sa connaissance la semaine précédant son incarcération. L’octogénaire raconte comment d’autres manifestants, notamment ceux de Greenspace avaient été arrêtés et suspendus à une plateforme pétrolière sur un site de Houston au Texas.

Elle a clamé son indignation en parlant du fait que les hommes et les femmes de couleur avaient été gravement maltraités. Le racisme est très remarquable dans ce milieu. Le lendemain de son premier jour en prison, elle avait été conduite dans une cellule qu’elle a partagée avec quatre femmes noires. Ce n’est qu’en début d’après-midi qu’elle a été libérée. Cette période restera toujours gravée dans sa mémoire.