Laurent Ruquier: Sur le plateau de Touche pas à mon poste, les chroniqueurs ont tous descendus chacun à leur tour le nouveau programme de Laurent Ruquier. Comble du comble : intitulé On est en direct, le programme a en plus connu les aléas du direct.

Laurent Ruquier lui-même a regretté ce premier numéro de la nouvelle émission de France 2. Mais il ne s’attendait certainement pas à recevoir des critiques aussi franches de la part des vedettes de TPMP. Ce lundi 28 septembre, l’animateur du service public a vraiment dû avoir les oreilles qui ont sifflées !

14 années de bons et loyaux services à On n’est pas couché

Le présentateur originaire du Havre lançait ce samedi 26 septembre pour la toute première fois sa nouvelle émission : On est en direct. Après 14 années dévouées à On n’est pas couché, Laurent Ruquier a décidé de lui-même de passer à autre chose. Pas de changement extravagant cependant car le concept de l’émission de Laurent Ruquier reste globalement le même.

Laurent Ruquier: Un plateau beaucoup plus intimiste

« Je circulerai entre différents plateaux, en fonction des séquences. L’espace ne sera pas unique, les lieux différents. Il y aura un bar, un piano, des petites tables, et beaucoup d’invités ! » avait annoncé Laurent Ruquier aux journalistes de Télé-Loisirs. L’ambiance qu’il a créé est en effet beaucoup plus intimiste que son émission précédente.

Invités culturels, débats de société, révélation de nouveaux talents : l’emballage change peut-être mais pas le fond. Mais pour ce premier numéro, Laurent Ruquier a visé haut : il a invité le Garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti.

Le seul gros changement que les téléspectateurs ont pu noter, c’est que c’est désormais Laurent Ruquier lui-même qui interroge les invités. « On est en direct, c’est la liberté de parole, avec des invités qui viennent s’exprimer sur l’actualité pour des débats sans filet. » indiquait le communiqué officiel.

Un gros flop d’après les chroniqueurs de C8

Sur le plateau de TPMP, Gilles Verdez n’a trouvé que des critiques à donner sur ce nouveau programme : « C’est du vu et re-vu, c’est une émission bâclée, il n’y avait rien dedans (…) c’est totalement soporifique, les humoristes sont pas drôles, les acteurs n’ont rien à dire, ça ne va pas durer longtemps ».

Il n’était pas le seul à désapprouver cette nouvelle formule. Kelly Vedovelli avait la langue bien pendue ce soir-là : « L’émission la plus triste du monde ! (…) Si on peut parler du look, la barbe ça lui va pas du tout ». Jean-Michel Maire a résumé la situation : il s’agit de « la même émission mais en moins bien ».

Quant à Laurent Ruquier, il a rencontré un problème en direct. Il s’est confié à 20 Minutes : « J’ai eu un problème d’oreillette, donc ça a été compliqué pour moi de faire l’interview d’Eric Dupond-Moretti. (…) On me parle juste dans l’oreillette pour me dire de combien de temps je dépasse. Là, je n’avais aucun moyen de savoir combien de temps je faisais ».

Laurent Ruquier: Ce petit hic a chamboulé toute l’organisation horaire de l’émission

Ce petit hic a chamboulé toute l’organisation horaire de l’émission : « On a fait un peu trop long, mais on va régler tout ça » a relativisé Laurent Ruquier, toujours dans les colonnes de 20 minutes. « Là où j’ai été content […], c’est que je n’ai pas couru après le temps. Parce qu’il est là le danger du direct : on se dit qu’il faut absolument tenir le temps et on gâche des interviews en courant après le chrono. J’aime bien avoir le temps de dire ce que je veux, de faire ce qu’il y a faire. »