Bientôt on pourra envoyer des messages sur Instagram avec Messenger, mais il y a un mais. On vous dit tout !

Facebook Messenger va fusionner avec la messagerie d’Instagram. Il y a deux ans déjà, le patron de Facebook avait annoncé son intention de davantage mettre d’interconnexion entre WhatsApp, Instagram et Facebook. Ce qui à l’époque n’était encore qu’un projet semble se diriger vers sa mise en application. Facebook vient d’annoncer que bientôt il sera possible d’envoyer des messages, voir de passer des appels sur Instagram à partir de Messenger. La firme a précisé que la manœuvre inverse sera aussi possible. Ainsi on pourra se servir d’Instagram pour passer les appels sur Facebook via Messenger également. Mais Ce n’est pas la seule annonce de Mark Zuckerberg.

Une nouveauté rentable pour l’entreprise

Celui qui se dispute actuellement avec Elon Musk la troisième place sur le podium des plus grandes fortunes mondiales, veut visiblement voir augmenter son compte en banque. En effet Facebook arrive à correctement monnayer la publicité sur Facebook et Instagram. Par contre la publicité est très difficile à intégrer à Messenger ou WhatsApp. Et c’est ce que la firme de Zuckerberg veut modifier.

Des nouvelles fonctionnalités

L’interconnexion des applications va s’accompagner de nouvelles autres fonctionnalités. Il y aura notamment la possibilité d’utiliser une fonction qui permettra de regarder une vidéo de façon synchronisée entre plusieurs comptes. C’est-à-dire que deux ou plusieurs personnes pourront visionner au même moment la même vidéo. Une possibilité de messages éphémères est également prévue. Il faut savoir que le développement est prévu à partir du 5 octobre. Par contre ces fonctionnalités ne seront que progressivement mises en place. Ce nouveau système sera d’abord appliqué à un certain nombre de pays. Ultérieurement, ces nouvelles fonctionnalités seront diffusées dans le monde entier. Il semblerait que d’autres fonctionnalités soient prévues. Facebook n’a pas donné de précisions à ce sujet.

La création d’un Account Center

Ce n’est pas le seul projet dans les tuyaux de Facebook. En effet Facebook indique qu’ils sont en train de tester un Account Center qui va permettre de synchroniser Facebook, Instagram et Messenger. Bien entendu c’est pour le moment optionnel. Facebook n’a certainement pas envie de faire peur à ses utilisateurs. La firme californienne a également indiqué qu’à terme il y aura une application de Facebook pour effectuer des paiements online. Selon les premières indications données par la multinationale, il ne sera pas nécessaire d’avoir la même identité sur les trois réseaux qui vont être centralisés. Si ce système peut sembler extrêmement séduisant de prime abord, il faut être rester conscient que cela va permettre de relier trois applications dont WhatsApp. Cela peut poser question.

Des soucis avec les autorités américaines

D’ailleurs les autorités américaines ne sont guère enthousiastes de voir cette centralisation. En effet, cette expérimentation a attiré l’attention de l’antitrust américain. La Federal Trade Commission a indiqué que cela pose problème. En effet il faut savoir que dès le début 2020, Mark Zuckerberg avait indiqué qu’il souhaitait unifier les messageries de ses plateformes. Selon le gendarme américain de la concurrence, Facebook tente de consolider sa position hégémonique et de bloquer toute concurrence. Ce dernier envisage une procédure contre la société Facebook. Mark Zuckerberg, de son côté, prétend que son projet de centralisation servirait simplement à lutter contre les fake news et les contenus haineux. Mais les autorités américaines ne l’entendent pas de cette oreille.

Une procédure en cours

Après une procédure d’injonction en début d’année, la FTC compte ouvrir un procès contre Facebook. Cette procédure contraindrait de Mark Zuckerberg à scinder ses réseaux de façon bien distincte. En d’autres termes, si l’autorité américaine devait arriver à ses fins, la justice obligerait Mark Zuckerberg à cesser le développement de ce projet. Il pourrait tout simplement être interdit. En effet selon l’administration antitrust américaine, l’interconnexion des trois plateformes de Facebook est nuisible aux données personnelles des utilisateurs. C’est une affaire à suivre avec beaucoup d’attention.