Pourtant apprécié du public, Paul n’a pas toujours été le chouchou de production. Il révèle tout dans son livre à paraître ces jours-ci.

Paul, un candidat inoubliable

Dans le top 3

Quand on a l’honneur d’être sélectionné pour un jeu télévisé, on souhaite mettre toutes les chances de son côté. Aussi, lorsque Paul arrive en décembre 2018, sa personnalité atypique intrigue. Pourtant, il n’a jamais caché aux téléspectateurs qu’il était atteint du syndrome d’Asperger. Aussi appelé autisme, ce trouble psychologique prend différentes formes. Encore mal compris en France, quand le verdict tombe, beaucoup de parents se retrouvent désemparés. De fait, la tendresse qui lie les téléspectateurs avec Paul est avérée. Personne n’oubliera ses victoires ni même ses connaissances dans tous les domaines. Et pour cause, sur le podium des grands champions de l’émission, il arrive en troisième position.

Dans son livre-confession ma 153ᵉ victoire, Paul évoque d’abord les effets de sa “maladie” au quotidien. Du reste, il confie son manque de confiance en lui. Cela allait au point de ne pas certain de dépasser le stade de la première participation ! Mais plus que les doutes, c’est le trac qui l’envahit. Sur le plateau des 12 coups de midi, rien n’est simple puisqu’ “il y a beaucoup de sollicitations sensorielles : le bruit, les projecteurs, le public…”. Au fur et à mesure, il arrive à braver sa peur en utilisant cette petite technique bien à lui : l’humour. Malheureusement, tout ne va pas se passer comme prévu !

Dans son livre-confession ma 153ᵉ victoire, Paul évoque d’abord les effets de sa “maladie” au quotidien. Du reste, il confie son manque de confiance en lui. Cela allait au point de ne pas certain de dépasser le stade de la première participation ! Mais plus que les doutes, c’est le trac qui l’envahit. Sur le plateau des 12 coups de midi, rien n’est simple puisqu’ “il y a beaucoup de sollicitations sensorielles : le bruit, les projecteurs, le public…”. Au fur et à mesure, il arrive à braver sa peur en utilisant cette petite technique bien à lui : l’humour. Malheureusement, tout ne va pas se passer comme prévu !

Des blagues jugées douteuses

En effet, souvent recadré par la production, le candidat explique que certains propos ne passent pas. Même dites sur le ton de l’humour. Aussi, après le tournage de certains numéros des 12 coups de midi, cette dernière l’a convoqué de nombreuses fois. Le discours était toujours le même. On lui demande de faire un effort pour éviter les propos blessants. Sous couvert de l’humour, Paul imaginait (à tort) qu’il pouvait tout dire. Hélas, devant des millions de téléspectateurs il fallait nécessairement trouvé un compromis. Aussi au lieu d’être “direct”comme il en a l’habitude, il s’organise autrement. Cela lui demande beaucoup d’efforts car il doit se “concentrer davantage pour prévoir quelques blagues plus faciles.”

En guise d’exemple, il raconte une anecdote qui remonte à l’été 2019. À l’époque, le champion semblait imbattable. Aussi, en réponse aux critiques ou aux envieux, il n’avait rien trouvé de mieux à dire que de comparer sa situation à celle de l’ancien président algérien. “Je suis comme lui, je suis sur mon fauteuil je bouge pas !” Si cette répartie arrive à faire sourire, elle peut également faire grincer des dents ! On a frôlé la catastrophe ! Heureusement, comme l’atteste la photographie ci-dessus, Paul sait qu’il peut compter sur l’amitié du présentateur, Jean-Luc Reichmann. C’est sûr, personne ne pourra l’oublier !