Paul El Kharrat, le grand candidat des Douze Coups de Midi, également atteint du syndrome d’Asperger, vient de dévoiler les coulisses de l’émission au magazine Télé-Star. La production lui aurait ainsi tiré les bretelles à plusieurs reprises.

Paul El Kharrat s’est hissé au rang de troisième meilleur joueur de l’histoire des Douze Coups de Midi. Cela correspond à un joli score puisque le jeune hommes peut se targuer d’avoir remporté 152 victoires et surtout d’avoir empoché un joli jackpot de près de 700 000 euros. Paul El Kharrat sort également un livre au mois de septembre, intitulé Ma 153ème victoire. Pour l’occasion, il a accordé une interview au magazine Télé Star.

Le candidat originaire de Grenoble suit le même parcours que le très décrié et critiqué Christian Quesada, autre participant des Douze Coups de Midi à avoir sorti un livre. Dans ce livre, Paul El Kharrat revient sur son expérience inédite dans l’émission de TF1, mais aussi sur sa maladie puisque le jeune homme lutte chaque jour son syndrome d’Asperger. Le jeune étudiant en histoire a tout de suite obtenu la sympathie du public mais il est aussi devenu le chouchou de Jean-Luc Reichmann, animateur du jeu télévisé.

C’est une histoire à peine croyable quand on sait que peu avant son arrivée dans l’émission, Paul El Kharrat souffrait d’une profonde dépression et était handicapé par sa maladie : “Je suis quelqu’un de discret, je déteste me montrer. Je me cultive jour et nuit, je ne sors pas. Je n’apprécie pas ça. Mais quand on me sollicite, je réponds. Avec ma famille, ça a été compliqué il y a quelques années parce que j’étais dépressif. Je vais mieux, depuis trois-quatre ans“, révélait-il il y a un an au magazine Télé-Loisirs. Alors forcément, lorsqu’il fait ses premiers pas sur le plateau, il se sent très mal à l’aise sous l’oeil du public et des caméras : “Il y a beaucoup de sollicitations sensorielles : le bruit, les projecteurs, le public… Il fallait prendre tout ça en considération et garder une certaine distance pour ne pas passer à côté des questions”. C’est la confidence qu’il a faite récemment à Télé-Star. Et ce n’est pas tout ! Si ses relations avec le public comme avec l’animateur semblaient très bonnes, ce n’était pas forcément le cas avec la production.

“ Mon humour était un peu trop direct.”

“On m’a expliqué qu’il y avait des choses à ne pas dire à la télévision. J’ai pris conscience que mon humour était un peu trop direct. J’ai dû me concentrer davantage pour prévoir quelques blagues plus faciles”. En août 2019, ce passionné d’histoire avait fait une blague sur le président algérien Abdelaziz Bouteflika : “Je suis comme lui, je suis sur mon fauteuil je bouge pas !”, s’était-il permis de rigoler car lui-même ne quittait pas son fauteuil dans l’émission à cause de ses victoires toujours renouvelées. Apparemment, son humour n’a pas plus à tout le monde. En tous cas, le jeune homme peut se féliciter d’être resté dans les Douze Coups de Midi pendant 153 épisodes et de décrocher un juteux pactole de 691 522 euros !