De plus en plus de rumeurs font état d’un nouveau confinement pendant les vacances de la Toussaint. Comment l’éviter ? On vous dit tout !

Des vacances de la Toussaint sous haute tensuion

Cette année 2020 marquée par la pandémie

Quand le coronavirus arrive en Europe, personne ne le prend vraiment au sérieux. Du reste, les autorités de santé essaient d’éviter d’affoler la population. Malheureusement, la situation va rapidement se dégrader. Le 18 mars 2020, les Français sont confinés. Cette période charnière, personne ne l’oubliera. Pendant trois mois, il faut limiter ses sorties au strict nécessaire, travailler de chez soi quand c’est possible et s’interdire de voir ses proches fragiles. Mal vécue, elle va précipiter le pays dans une crise économique sans précédent. Malgré tout, on se consolait en se disait que le virus était derrière tous. Or, il n’en est rien. Il revient en force dès l’été et menace maintenant les vacances de la Toussaint.

Dès lors, le gouvernement a pris prendre des mesures drastiques pour freiner la seconde vague. En laissant un délai réduit, il ordonne aux bars et les restaurants d’Aix-Marseille de fermer. Pire, certaines grandes villes seraient bientôt dans le même cas. Régulièrement testée, la population vit dans la crainte des clusters. Les files d’attente de tous les laboratoires d’analyse explosent. Face à l’urgence, comment pouvons-nous organiser les vacances de la Toussaint sereinement ?

Quid des gestes barrières

Ces dernières semaines, Melbourne comme la région espagnole Galice ont dû recourir à un confinement. Aussi, la crainte d’un nouvel épisode d’enfermement sème le trouble dans la population. Chacun y va de sa petite théorie. Pourtant, interrogé à ce sujet, l’État réfute l’hypothèse d’un général. Du reste, on estime que la solution de cibler les zones à risque serait plus adaptée. On le sait. L’automne et donc les vacances de la Toussaint voit naitre les symptômes des maladies hivernales (grippe, rhume, toux, etc.) Pour beaucoup de Français, ils ressemblent trait pour trait à la Covid-19. Pour éviter ce genre de malentendus, le gouvernement rappelle que les gestes barrières évitent de tomber malade.

Port obligatoire du masque dans la rue, désinfection des mains avec du gel hydroalcoolique, plus de serrage de main à ses collaborateurs et de bise à ses proches. Cette absence de lien social fait peur. Pire, il peut isoler les cas les plus sensibles. Malheureusement, à l’heure actuelle, il n’y a pas d’autres solutions pour lutter contre le virus. Beaucoup se consolent en espérant la venue d’un vaccin ou d’un traitement efficace contre la maladie. En tout cas, si vous avez décidé de vous accorder quelques jours de répit bien mérités pour les vacances de la Toussaint, suivez à lettre les dernières annonces sanitaires. Cela serait dommage de rester bloqué loin de vos habitudes. Soyez prudents !